• MOULIN DE PITGAM (59 Nord)

    L'imposte du moulin porte une inscription très effacée par l'usure du temps et la corde du tire-sacs, mais on peut encore deviner la date : 1774. Il appartenait alors à Guillaume Delabaere et resta propriété de cette famille jusqu'en 1923, date de la vente à Lucien Dendrael. Ce dernier l'utilise jusqu'à sa mort, en 1946, le louant à divers meuniers. Abandonné, il tombe peu à peu en ruines. Son inscription dans les Sites, le 17 avril 1970, le sauvera.

     

     

    MOULIN DE PITGAM (59)

     

     

     

    MOULIN DE PITGAM (59)


    12 commentaires
  • MOULIN DE LA BRIARDE ou MOULIN DESCHODT   WORMHOUT (59-Nord)

    Moulin pivot situé sur la route D 916 qui mène de Cassel à Wormhout. Ce moulin, construit en 1756 par le charpentier Desmyttère d'Arnèke, est le seul rescapé des 11 moulins de Wormhout recensés en 1806. D'abord appelé le moulin de la Briarde, il porte à présent le nom de son dernier meunier.

     

     

    MOULIN DE LA BRIARDE ou MOULIN DESCHODT  (59) WORMHOUT

     

     

     

    MOULIN DE LA BRIARDE ou MOULIN DESCHODT  (59) WORMHOUT

     

     

     

    MOULIN DE LA BRIARDE ou MOULIN DESCHODT  (59) WORMHOUT


    12 commentaires
  • Basilique Notre-Dame-du-Port de Clermont-Ferrand (63)

    Notre-Dame-du-Port est une église collégiale de facture romane, qualifiée tardivement de basilique, située à Clermont-Ferrand dans le quartier du Port.

    Elle est classée monument historique depuis 1840. En 1998, elle a été inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco au titre de l'inscription des chemins de St Jacques de Compostelle en France.

     

    Basilique Notre-Dame-du-Port de Clermont-Ferrand (63)

     

    Le tympan du portail latéral sud, par le passé entrée principale de l'édifice, est orné de plusieurs scènes sculptées sous un linteau à bâtière, dont un Christ Pantocrator.

     

    Basilique Notre-Dame-du-Port de Clermont-Ferrand (63)

     

    La basilique fait partie des dix églises romanes « majeures » de Basse-Auvergne et plus précisément des cinq églises majeures de type complet, avec l'église Saint-Austremoine d'Issoire, la basilique Notre-Dame d'Orcival, l'église de Saint-Nectaire et l'église Notre-Dame de Saint-Saturnin.

    Construite en arkose  blonde, une sorte de grès, elle a une harmonie presque parfaite qui serait due à l'application du  nombre d'or.

     

    Basilique Notre-Dame-du-Port de Clermont-Ferrand (63)

     

    Fondée selon la tradition catholique au VIième siècle par l'évêque saint Avit, elle aurait été rebâtie aux XIe et XIIe siècles, après avoir été brûlée par les Normands.La création du chapitre de chanoines dirigé par un doyen, plus sûrement, n'est pas antérieure au milieu du Xe siècle ; c'est l'œuvre de l'évêque Etienne II.

    Le chantier se poursuit encore en 1185 et en 1240.

     

    Basilique Notre-Dame-du-Port de Clermont-Ferrand (63)

     

     

    Basilique Notre-Dame-du-Port de Clermont-Ferrand (63)

     

     

    Basilique Notre-Dame-du-Port de Clermont-Ferrand (63)

     

     

    Basilique Notre-Dame-du-Port de Clermont-Ferrand (63)

     

     

    Basilique Notre-Dame-du-Port de Clermont-Ferrand (63)

     

     

    Basilique Notre-Dame-du-Port de Clermont-Ferrand (63)


    15 commentaires
  • ABBATIALE SAINT-AUSTREMOINE À ISSOIRE

     

     

    Elle fait partie des cinq églises romanes de Basse-Auvergne dites « majeures », avec la basilique Notre-Dame-du-Port à Clermont-Ferrand, la basilique Notre-Dame d'Orcival, l'église de Saint-Nectaire et l'église Notre-Dame de Saint-Saturnin.

    L'abbatiale Saint-Austremoine est une ancienne abbatiale bénédictine construite durant le premier tiers du XIIe siècle et plus précisément vers 1130, ce qui en fait la deuxième des cinq églises majeures de Basse-Auvergne. Elle est dédiée à Austremoine de Clermont ou Stremonius, premier évêque de Clermont-Ferrand et évangélisateur de l'Auvergne à la fin du IIIe siècle.

    Elle fait l'objet d'un classement au titre des monuments historiques depuis 1840 : elle fait partie de la première liste de monuments historiques français, la liste des monuments historiques de 1840, qui comptait 1 034 monuments.

    Les restaurations du XIXe siècle ont rendu à l'église sa polychromie intérieure (entre 1857 et 1859).

     

    ABBATIALE SAINT-AUSTREMOINE - ISSOIRE (63)

    Construite en arkose blonde, l'abbatiale d'Issoire est la plus vaste des églises construites à l'époque romane en Auvergne. Son décor intérieur, entièrement repeint montre les épisodes de la vie du Christ.

     

    ABBATIALE SAINT-AUSTREMOINE - ISSOIRE (63)

     

    ABBATIALE SAINT-AUSTREMOINE - ISSOIRE (63)

     La chapelle axiale, le massif barlong, le clocher, chapelles rayonnantes.


     

    ABBATIALE SAINT-AUSTREMOINE - ISSOIRE (63)

    Des cinq églises auvergnates dites majeures, l'abbatiale Saint-Austremoine d'Issoire est celle qui possède le chevet le plus imposant, car elle est la seule à posséder une chapelle axiale rectangulaire en plus des chapelles rayonnantes.

     

    ABBATIALE SAINT-AUSTREMOINE - ISSOIRE (63)

     Chapelles rayonnantes

     

    ABBATIALE SAINT-AUSTREMOINE - ISSOIRE (63)

    Les chapelles rayonnantes et la chapelle axiale sont ornées des signes du zodiaque, symboles, à l'époque, de l'ordre et de la complexité de l'univers et de mosaïques faites de motifs géométriques en basalte.

        

    ABBATIALE SAINT-AUSTREMOINE - ISSOIRE (63)

     Façade méridionale et clocher

     

    ABBATIALE SAINT-AUSTREMOINE - ISSOIRE (63)

     

    ABBATIALE SAINT-AUSTREMOINE - ISSOIRE (63)

     

    ABBATIALE SAINT-AUSTREMOINE - ISSOIRE (63)

    La décoration du chevet

     

    ABBATIALE SAINT-AUSTREMOINE - ISSOIRE (63)

     

    ABBATIALE SAINT-AUSTREMOINE - ISSOIRE (63)


    17 commentaires
  •  LILLE et ses beffrois.

    BEFFROI de la Chambre de commerce et d'industrie (1/2)

    Le Beffroi de la Chambre de Commerce et d’Industrie est véritablement le plus beau de Lille. Il est impossible de manquer ce beffroi de style néo flamand, qui s’élève au- dessus du centre de Lille. Inauguré en 1921, il était le symbole de la puissance de Lille – cité marchande, et encore aujourd’hui, il rend le paysage de la Grand place un peu plus magique ! Illuminé la nuit, il est encore plus beau. Vous pouvez entendre ses 25 cloches s’agiter tous les quarts d’heure, en jouant des airs connus, comme « le ptit Quinquin ».

     

    Lille, beffroi de la CCI

     

    Lille, beffroi de la CCI

     

    Lille, beffroi de la CCI

    Le carillon se compose de 25 cloches pour un poids de 2500 kg. Les airs joués sont habituellement les suivants :

    • à l'heure : Le p'tit Quinquin
    • à un quart : P'tit Jean revenant de Lille
    • à la demie : L'habit d'min vieux grand'père
    • aux trois-quarts : Elle s'appelait Françoise

    Lille, beffroi de la CCI

     

    Lille, beffroi de la CCI


    17 commentaires
  • LILLE et ses beffrois.

    BEFFROI DE L'HÔTEL DE VILLE (2/2)

    Période de construction : 1929-1932
    Date de classement : Classé au Patrimoine Mondial de l'UNESCO en juillet 2005
    Style : Néo-Renaissance Flamande
    Typologie : Beffroi d'Hôtel de Ville
    Architecte : Emile Dubuisson
    Matériaux : Brique rouge, béton armé, pierre de Flandre
    Hauteur : 104 mètres

    Au cours de son histoire, Lille a possédé de nombreux beffrois. Lorsque la charte communale est confirmée en 1235 par la comtesse Jeanne de Flandre, un premier beffroi existe déjà.

    LILLE, BEFFROI DE L'HÔTEL DE VILLE

    D’une hauteur de 104 mètres, le beffroi de Lille est le plus haut beffroi civil du Nord de l’Europe.

    LILLE, BEFFROI DE L'HÔTEL DE VILLE

     

    LILLE, BEFFROI DE L'HÔTEL DE VILLE

    L’intérieur du beffroi se compose de quatorze étages. Les premiers niveaux sont composés de salles, dont l’ancien bureau du maire. Au-dessus, les étages sont occupés par l’escalier et l’ascenseur qui mènent au belvédère.

    LILLE, BEFFROI DE L'HÔTEL DE VILLE

    Au sommet tourne un phare dont la lumière est visible à plus de trente kilomètres.

    LILLE, BEFFROI DE L'HÔTEL DE VILLE


    12 commentaires
  • LES CABANES DU BREUIL - Saint André D'Allas (24) Dordogne

    Pourquoi "Cabanes" et pas "Bories" ?

    Tout simplement, car, d’un point de vue étymologique c’est le seul terme qui correspond (du moins en Sarladais) ! En France on dénombre, pas moins de 50 appellations ! La plus connue est "Borie" et nous vient du Sud de la France.

    Cabane est la traduction du mot « Cobano » en patois (langue locale dérivée de l'occitan). Ici, le patois était parlé par toute la population locale jusqu'aux années 1950 à 1960.

    LES CABANES DU BREUIL

    Le mot « Breuil » n'est autre que le nom du lieu-dit qui signifie en Gaulois « petit-bois ». Cependant le lieu a changé de nom, après la seconde guerre, pour une raison inconnue. Nous avons pu constater  que sur les plans napoléoniens, on peut y lire : "Calpalmas" ou "Colpalmas", ce qui signifie : charmeraie.

    LES CABANES DU BREUIL

    Depuis 1949, les Cabanes du Breuil font partie d’une petite ferme de 15 hectares encore en activité.

    LES CABANES DU BREUIL

    C'est à la suite de la proposition d'un visiteur, frappé par la beauté et l'originalité de l'ensemble des cabanes, que celles-ci ont fait l'objet d'une mesure de protection. D'abord protégées au titre des sites à partir de 1968, elles devaient être classées monuments historiques le 10 mai 1995  (ainsi que les façades et toitures en lauses de la maison d'habitation et de son fournil), la grange étant pour sa part déjà inscrite depuis 1991.

    LES CABANES DU BREUIL

    Selon le site Internet qui leur est consacré « Au Moyen Âge, les cabanes du Breuil étaient habitées par les Bénédictins de Sarlat. La preuve en serait un acte de vente de « 1449, date de la plus vieille trace écrite affirmant leur existence ». Cependant ce document n'a jamais été publié et ses coordonnées comme sa teneur sont tenues sous le boisseau. De plus, Calpalmas n'est pas Le Breuil. Dans son livre, Les cabanes en pierre sèche du Périgord, paru en 2002, François Poujardieu écrit que « Le Breuil était un des domaines des Bénédictins du Chapitre de l'Évêché de Sarlat, mais il est écrit nulle part qu'existaient les cabanes que nous voyons aujourd'hui ».

    LES CABANES DU BREUIL

     

    LES CABANES DU BREUIL

     

    LES CABANES DU BREUIL

     

    LES CABANES DU BREUIL

     

    LES CABANES DU BREUIL

     

    LES CABANES DU BREUIL

     

    LES CABANES DU BREUIL

     

    LES CABANES DU BREUIL

     

    LES CABANES DU BREUIL

     

    LES CABANES DU BREUIL

     

    LES CABANES DU BREUIL


    14 commentaires