• ENCLOS PAROISSIAL DE LAMPAUL-GUIMILIAU (29-Finistère)

    C'est l'espace religieux, dans le bourg, au centre de la paroisse. « Enclos », parce que clos d'un mur. On y accède par une grille, face au porche, et par une porte monumentale, près de l'ossuaire. L'église occupe la plus grande partie du terrain. Elle est bâtie sur l'emplacement d'une ancienne église, que l'on a refaite par étapes.

     

     

    Enclos paroisial de Lampaul-Guimilau (Finistère)

    Le CLOCHER (1573), bâti 40 ans après le porche, était l'un des plus hauts du Finistère, après le Kreisker. Il doit sa forme tronquée à la foudre qui en a détruit la flèche en 1809, et l'a amputé de 18 mètres.

    La façade nord porte la date de 1609 gravé au dessus de la porte. Le mur sud, entre le porche et le choeur, a été refait en 1622. Le chevet polygonal (1627) est abondamment orné de lanternons.

     

     

    Enclos paroisial de Lampaul-Guimilau (Finistère)

     

     

    Enclos paroisial de Lampaul-Guimilau (Finistère)

    Le CALVAIRE (XVIème siècle) en Kersanton, très simple, présente le Christ en croix entre le bon larron apaisé, et le mauvais, au visage tourmenté. Sous la croix, 2 anges recueillent le précieux sang. Sur la face arrière, une piéta restaurée en 1993.

     

     

    Enclos paroisial de Lampaul-Guimilau (Finistère)

    L'OSSUAIRE ou Chapelle-ossuaire (1667) : Œuvre de G. Kerlezroux, mérite une attention particulière. Il offre le thème de la mort, mais aussi de la vie et de la résurrection. A l'inscription : « Memento mori » au dessus de la porte s'oppose l'arbre de vie sculpté sur le vantail. 

    De style renaissance, la chapelle date de 1667. Son portail date de 1669.

     

    Enclos paroisial de Lampaul-Guimilau (Finistère)

    Portail de la chapelle-ossuaire (1669)

     

     

    Enclos paroisial de Lampaul-Guimilau (Finistère)

     

     

     

    Enclos paroisial de Lampaul-Guimilau (Finistère)


    17 commentaires
  • ENCLOS PAROISSIAL DE PLEYBEN (Finistère)

     

    PLEYBEN : enclos paroissial (calvaire)

     

    Calvaire : Il date de 1555 à 1650. Une inscription orne le socle de la statue de saint Germain au-dessus de l'entrée du porche et la date de 1555 : "En l'honneur de Dieu et de Notre-Dame et de monsieur saint Germain cette croix fut commencée". Les groupes de la Cène, de l'Entrée triomphale à Jérusalem et du Lavement des Pieds, situés sur la face Est, datent de 1650 et sont l'oeuvre du sculpteur brestois Julien Ozanne.

     

    PLEYBEN : enclos paroissial (calvaire)

     

     

    PLEYBEN : enclos paroissial (calvaire)

     

     

    PLEYBEN : enclos paroissial (calvaire)

     

     

    PLEYBEN : enclos paroissial (calvaire)

    Chapelle funéraire : Il s'agit d'un ancien ossuaire du XVème siècle. La date de 1733 qui figure au-dessus de la porte correspond à une restauration de l'édifice. Le 28 octobre 1736, l'édifice, surnommé "chapelle des Trépassés" et dédiée à saint Simon et saint Jude, est bénit.


    13 commentaires
  • ENCLOS PAROISSIAL DE PLEYBEN (Finistère)

     

    PLEYBEN : enclos paroissial

     

    L'édifice est dominé par deux clochers. Le clocher le plus remarquable est celui de droite, au sud, clocher-porche St Germain. Ce dernier, de style Renaissance, est couronné par un dôme à lanternons. L'autre clocher porte une flèche gothique. Le porche sud date de 1588-1591.

     

    PLEYBEN : enclos paroissial

     

     

    PLEYBEN : enclos paroissial

     

     

    PLEYBEN : enclos paroissial

     

     

    PLEYBEN : enclos paroissial

    A droite, on remarque la curieuse sacristie à coupoles et lanternons, 1680-1690


    13 commentaires
  • ENCLOS PAROISSIAL DE GUIMILIAU (Finistère)

     

    GUIMILIAU : enclos paroissial

     

    Ce bel ensemble architectural, édifié aux XVI-XVIIème siècle, est appelé « enclos paroissial » parce que groupant, comme en un essaim : arc de triomphe, clocher, ossuaire, grand porche, église (avec baptistère, tribune des orgues, chaire, retables), sacristie, chapelle funéraire et cimetière.  

     

     GUIMILIAU : enclos paroissial

     

     

    GUIMILIAU : enclos paroissial

     

    Le CALVAIRE

    Il représente autour de la Passion du Christ, toute l'histoire sainte. Celui de Guimiliau, riche de deux cents personnages pouvait servir à l'instruction religieuse des fidèles.

     

    GUIMILIAU : enclos paroissial

     

     

    GUIMILIAU : enclos paroissial

     

    Calvaire (1581-1588). Granit, moucheté de lichen sédentaire. Deux cents personnages, beaucoup en costume d'époque. Drame de la Passion, et scène de l'Enfance de Jésus. Soubassement carré, avec contreforts ajourés d'arcades. Personnages, étage inférieur : corps rigides, longues robes, scènes naïves ; étage supérieur : mouvement fougueux, lignes courbes, visages expressifs, vibrants de vie, on les dirait faits de chair... 

     

    GUIMILIAU : enclos paroissial

     

     

    GUIMILIAU : enclos paroissial


    11 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique